Leclerc St-Amand-les-Eaux

  • Leclerc St-Amand-les-Eaux

    • Comme tous les rayons trad en ceinture murale, la boucherie est rehaussée de décors très réussis. Ces façades en trompe l’œil ont pour vocation de recréer l’ambiance d’une place de marché méditerranéenne.

    • Les affichettes promo installées à la boucherie, aux fruits et légumes ou encore à la poissonnerie reprennent les codes des ardoises de marché. Une petite touche peu onéreuse mais suffisante pour contribuer à donner une image qualitative au magasin.

    • Au Leclerc de Saint-Amand-les-Eaux, il est possible de fixer un panier au bout des chariots. Pratique pour les clients qui peuvent y disposer des articles fragiles : textile, fruits et légumes, œufs, etc.

    • Le Leclerc de Saint-Amand-les-Eaux a noué des partenariats avec des éleveurs régionaux : bœuf, agneau, porc, volaille et lapin. Une façon d’ancrer le magasin dans son environnement mais aussi de prévenir d’éventuelles actions revendicatrices de la part de l’amont.

    • Le rayon fruits et légumes est équipé d’un système de nébulisation diffusant de minuscules gouttelettes d’eau. Plus globalement, le rayon mise sur une présentation très valorisante des produits, s’inspirant clairement des spécialistes du frais… et du Leclerc frais de Quimper.

    • Comme pour les fruits et légumes, la poissonnerie est dotée de buses de nébulisation. Un procédé qui reste encore peu utilisé dans les rayons marée des grandes surfaces.

    • La boul-pât. Un autre exemple de la décoration spectaculaire des rayons trad en ceinture murale. La touche italienne de l’hyper. Bertrand Le Côme, l’adhérent Leclerc, a fait venir d’Italie des décorateurs ayant travaillé sur les Leclerc-Conad.

    • Inauguré le 23 avril dernier, le nouveau Leclerc de St-Amand-les-Eaux s’étend sur 6 000 m 2. A cela s’ajoutent 2 400 m2 de galerie commerciale. A noter la façade colorée végétalisée et l’utilisation du bois : colonnes, mâts d’éclairage, mobilier, etc.

    • Vice-président de la Conalec, structure née de l’alliance entre Leclerc et l’Italien Conad, Bertrand Le Côme s’est inspiré de ses voyages dans la botte. A l’image de la décoration des rayons trad ou ici, des îlots promos en décroché de gondoles raccourcies.

    • L’hypermarché met en avant l’utilisation de chariots « écolos », produits à partir de bouteilles récyclés. Ce panneau indique que le parc de l’hypermarché représente l’équivalent de 274 000 bouteilles, l’économie de 19 tonnes de pétrole et 50 tonnes de CO2 en moins rejetées dans l’atmosphère. Les chariots, paniers et porte-paniers ont été fournis par la société Origine, située près de Chambéry en Savoie.

    • Le rayon marée, l’un des points forts de l’hypermarché. Le banc traditionnel est équipé de buses de nébulisation. Un procédé encore peu utilisé en grande distribution. La poissonnerie est également dotée d’une machine à glace. Fixée au plafond, elle évite aux employés de pousser les lourds chariots de glace.

    • Le Leclerc de Saint-Amand-les-Eaux s’est inspiré des spécialistes du frais, notamment pour le traitement des fruits et légumes : nébulisation, ardoises façon marché, carrelage noir valorisant, etc.

    • Le centre Leclerc dispose d’une « cave à bières », installée dans un renfoncement, en ceinture murale. Le corner regroupe pas moins de 400 références de bières. De quoi proposer des spécialités très pointues : bière au miel biologique, bière à la framboise, à la pomme ou aux myrtilles, etc.

    • Symbole de la démarche de développement durable menée par l’adhérent Leclerc : les chariots, paniers et portes-paniers fabriqués à partir de bouteilles recyclées. Ici, un panier, issu de 23 bouteilles recyclées.

    • L’hypermarché dispose d’un rayon HMR (solutions repas à la coupe) complet. Ici, le pizzaiolo garnit les pizzas maison devant les clients. « Nous en avons vendu 1 600 la semaine dernière », se félicite l’employé.

    • L’hypermarché est équipé de scanettes. Les porteurs de la carte Leclerc sont parmi les premiers visés mais pas seulement. « Nous ne voulons exclure personne. Tous ceux qui veulent utiliser le self-scanning peuvent le faire. Bien entendu, nous effectuons des contrôles aléatoires », explique l’adhérent Leclerc.

Discount, mise en avant des produits frais et développement durable. C’est le tryptique du nouveau Leclerc de Saint-Amand-les-Eaux (59), inauguré le 23 avril. Une renaissance. Coincé au cœur de cette ville thermale administrée par le leader communiste Alain Bocquet, l’ancien magasin de 3 850 m2 accusait le poids des ans. Bertrand Le Côme, l’adhérent, a investi 26 millions d’euros dans un hyper de 6 000 m2 en périphérie, à un jet de pierre de l’A 23 reliant Valenciennes à Lille.
Cheville ouvrière du développement de l’enseigne en Italie - il est Vice-président de la Conalec (partenariat Leclerc-Conad) - le président de la Scapartois s’est inspiré de ses voyages à l’étranger. En témoigne les rayons trad en ceinture, surmontés de façades de maisons en trompe l’œil. « J’ai voulu recréer la place du marché méditerranéenne, explique-t-il. J’ai fait venir les décorateurs italiens qui travaillent pour nos Leclerc-Conad. »
Bertrand Le Côme a aussi puisé dans la panoplie des spécialistes du frais. A l’image des nébulisateurs aux fruits et légumes et, plus rare, à la marée. A la boucherie, une filière régionale a été mise en place avec des éleveurs locaux. A noter aussi la touche nordiste : une « cave à bière ». « C’est unique dans le Nord », affirme Bertrand Le Côme. Parmi les 400 références proposées : de la bière au miel, à la framboise, à la pomme ou aux myrtilles…
Bertrand Le Côme a aussi déboursé 1,2 M€ pour une démarche de développement durable aboutie. La façade, faite de briques rouges et de panneaux colorés, est agrémentée de murs végétaux et de colonnes en bois. En bois toujours les mâts d’éclairage, les abris-chariot et le mobilier. « Des panneaux solaires installés sur le toit sont utilisés pour chauffer l’eau. Nous recyclons le CO2 de la production frigorifique pour le chauffage et nous récupérons l’eau de pluie pour la réserve incendie », complète l’adhérent. Les chariots et les paniers ont été fabriqués à partir de bouteilles recyclées. « Une première en France », selon Bertrand Le Côme.
Formé à l’école Scarmor, ce Breton ne néglige pas le discount pour autant. La présentation des PGC reste sobre. En ligne de mire : Auchan Petite-Forêt. Le 8ème Auchan en chiffre d’affaires (241,1 M€ en 2007) n’est situé qu’à quelques minutes en voiture. En bonne place sur le bureau de Bertrand Le Côme, le dernier relevé Opus. « Nous sommes 3,5 % moins cher que notre concurrent », se félicite l’adhérent.

Repères

. L’objectif : 85 M€ de CA
Pour son nouvel hyper de 6 000 m2, l’adhérent de St-Amand-les-Eaux s’était fixé un objectif de 85 M€ de chiffre d’affaires (70 M€ hors carburant) contre 62 M€ pour l’ancien magasin de 3 850 m2. « Nous serons au-dessus de l’objectif », se félicite déjà Bertrand Le Côme.
. L’adhérent
D’origine bretonne, Bertrand Le Côme a fait ses classes chez Didier Le Guil, au Leclerc de Châteaulin. Ancien directeur des hypers de Bollène et d’Outreau, il reprend le Leclerc de Saint-Amand-les-Eaux en 2000. Depuis 2005, il est le président de la Scapartois. Il est aussi Vice-président de la Conalec, structure née de l’alliance entre Leclerc et Conad en Italie.
. La Scapartois
Créée en 1992, la Scapartois regroupe 27 centres Leclerc et 24 adhérents. Elle couvre les départements du Nord, du Pas-de-Calais, de la Somme et dessert aussi deux Leclerc en Seine-Maritime. En 2009, la centrale régionale verra la création de trois nouveaux magasins, dont un hyper à Seclin. De quoi contribuer à l’augmentation de la part de marché de l’enseigne dans ce fief d’Auchan : environ 8,5 % aujourd’hui.

Linéaires - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DE LA DISTRIBUTION ALIMENTAIRE

● L'expertise du seul magazine spécialiste de l'alimentaire en GMS
● De nombreux reportages en magasins, enquêtes et comparatifs indépendants
● Plus de 100 dossiers marchés et focus produits traités chaque année

Profitez d'une offre découverte 3 mois