Quick-commerce : Getir croque Gorillas

9 décembre 2022 - Benoît MERLAUD

Acteur modeste en France mais de premier plan au niveau mondial, Getir rachète son concurrent Gorillas. Le secteur du quick-commerce se consolide rapidement, alors que ses pertes restent lourdes et refroidissent les investisseurs. Le décryptage de Linéaires. 

Quick-commerce : Getir croque Gorillas

"La livraison express des courses du quotidien va continuer de se développer de manière régulière pour de nombreuses années et Getir conservera sa position de leader du secteur qu'il a créé il y a 7 ans", a déclaré Nazim Salur, fondateur de Getir, en annonçant le 9 décembre le rachat du groupe Gorillas. 

L’optimisme de l’entrepreneur, néanmoins, ne parvient pas à faire taire les inquiétudes. Le quick-commerce, avec ses livraisons de centre-ville "en quelques minutes", est encore loin d’être rentable. Après l’euphorie de la période post-confinement, les investisseurs s’impatientent et l’hostilité des maires envers les dark stores, derrière laquelle le gouvernement français a fini par se ranger, accroît les inquiétudes. 

1,5% de foyers clients

2022, ainsi, aura vu se multiplier les rapprochements. En rachetant Frichti, Gorillas représentait avant l’été, selon IRI, 61% du marché du quick-commerce en France. Avec l’acquisition de Cajoo, Flink arrivait à 20% des ventes. Gopuff, dont l’avenir dans l’Hexagone est de plus en plus incertain, pesait 7%. Et Getir faisait encore figure de Petit Poucet. 

Sur la période d’août à octobre 2022, IRI estimait que 1,5% des foyers français étaient clients d’un opérateur de quick-commerce, un taux de pénétration en progression de 0,3 point sur un an. 

Le rapprochement de Getir et Gorillas va réunir, dans l’Hexagone, deux filiales qui ont enregistré de (très) lourdes pertes l’an dernier. Selon les comptes consultés par Linéaires, Getir France a réalisé 2 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2021, mais avec des pertes d’exploitation qui se montaient à… 22 millions d’euros. En cause, notamment, des frais de personnel de plus de 10M€ et des charges externes de près de 13M€.

Autant de frais de publicité que de CA

Les résultats enregistrés par Gorillas France sont du même acabit, avec 9M€ de CA en 2021 et 36M€ de pertes d’exploitation. Là encore, les coûts de fonctionnement dépassent largement les recettes : 15M€ de frais de personnel et 18M€ de charges externes, dont plus de 8M€ rien que pour la publicité ! Des dépenses de communication qui sont presque aussi importantes que le chiffre d’affaires, voilà qui restera comme un symbole fort de la bulle qu’a connue le secteur l’an dernier. 

Le montant de la transaction entre Getir et Gorillas n’a pas été communiqué. Mais, selon une indiscrétion recueillie par l’AFP, l’opération valoriserait Gorillas autour de 1,2 milliard de dollars. Il y a un an, la société valait encore 3Mds de dollars. 

Getir est sur la même pente. Un tour de table réalisé en mars dernier plaçait l’entreprise, seule, à hauteur de 12Mds de dollars. Aujourd’hui, avec le rachat de Gorillas, le nouvel ensemble serait valorisé 10Mds de dollars selon une estimation du Financial Times. 

 

Linéaires - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DE LA DISTRIBUTION ALIMENTAIRE

● L'expertise du seul magazine spécialiste de l'alimentaire en GMS
● De nombreux reportages en magasins, enquêtes et comparatifs indépendants
● Plus de 100 dossiers marchés et focus produits traités chaque année

Profitez d'une offre découverte 3 mois