Monoprix, sommé de fermer à 21 h

En avril dernier, la cour d’appel de Versailles avait invalidé un accord d’entreprise de 2006 obligeant Monoprix à renégocier un nouvel accord sur le travail nocturne. Celui-ci prévoyait des majorations de 25 à 35 % des salaires, des repos compensatoires supplémentaires, ainsi que des mesures sur la sécurité ou la mobilité des salariés, tous volontaires selon l’enseigne.

Signé par trois syndicats, approuvé par le Comité Central d’Entreprise et par 81 % des CHSCT des 94 magasins concernés par la fermeture tardive, le nouvel accord a donc été refusé par la CGT. Monoprix, qui avait formé un pourvoi en cassation de la décision de la cour d’appel de Versailles, est donc contraint de fermer tous ses magasins à 21 h.

La direction, qui regrette cette décision, annonce vouloir examiner, magasin par magasin, les réponses à apporter et étudier la situation des collaborateurs concernés.

Linéaires - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DE LA DISTRIBUTION ALIMENTAIRE

● L'expertise du seul magazine spécialiste de l'alimentaire en GMS
● De nombreux reportages en magasins, enquêtes et comparatifs indépendants
● Plus de 100 dossiers marchés et focus produits traités chaque année

Profitez d'une offre découverte 3 mois