Monoprix : opération séduction à Bordeaux

  • Monoprix Bordeaux - Bassins à flot (33)

    • Ali +. Le quatrième Monoprix bordelais s'étend sur un peu plus de 800 mètres carrés. Dans la terminologie interne, il appartient à la catégorie "Ali +" : alimentaire plus beauté, mais sans la zone textile des "City Stars".

    • Produits locaux. Durant sa visite, Alain Juppé, maire de Bordeaux, a apprécié le rayon "made in pas très loin" de Monoprix, valorisant ici plusieurs productions girondines.

    • Circuit court. L'univers snacking est installé dès l'entrée, avant même de pénétrer formellement dans le magasin. Il dispose d'une caisse dédiée.

    • Bar à salades. Un salad bar en libre-service propose deux tailles de "cup" à remplir (4,90 ou 7,50 euros). La caisse snacking, installée juste à côté, assure une surveillance symbolique. Monoprix teste aussi, sur Paris, une version avec plats chauds.

    • Façon Tupperware. Monoprix profite de son petit labo boulangerie pour préparer sur place un assortiment de sandwiches et salades. En barquette carton + cristal (moderne mais classique) ou en boîte façon Tupperware qui évoque les préparations "à la maison".

    • Consommation sur place. Plus convivial que quelques mange-debout le nez collé sur la vitrine : de vraies tables permettent aux clients de s'installer. A proximité, un four micro-ondes et une machine à café.

    • Livraison. A l'entrée du magasin, une borne permet de préparer son "lâcher de chariot" (le client scanne sa carte de fidélité, valide son adresse, son créneau de livraison et édite un ticket qu'il laissera avec ses courses avant de partir). En photo, le nouveau chariot servant aux livraisons à pied, conçu pour se glisser dans un ascenseur.

    • Atmosphère. L'entrée, sur les fruits et légumes, permet d'apprécier le travail réalisé sur l'éclairage, appliqué à l'ensemble de la surface de vente.

    • Jus pressé. Voilà qui ressemble désormais à un service de base de la distribution : la machine à presser les oranges. Monoprix (comme Franprix) fait le choix du bio.

    • Vrac. Un rayon bio en vrac est implanté avec les fruits et légumes (qui eux-mêmes disposent d'un meuble regroupant l'offre bio).

    • Fruits gratuits. Une initiative forte de l'enseigne : des fruits gratuits mis à disposition des enfants.

    • Trad. Pas de stands coupe dans ce supermarché compact, mais un petit rayon marée "pop-up", qui fait son apparition chaque fin de semaine.

    • Cave. Le rayon vins met logiquement les bordeaux à l'honneur. Une vitrine réfrigérée propose des "vins au frais" prêts à consommer, tandis qu'une autre vitrine, à température contrôlée, met en avant les grands crus.

    • Bières fraîches. Un rayon frais entier est consacré aux bières, ainsi prêtes à consommer.

    • Mobilier. Des têtes de gondoles originales, qu'on croirait tout droit sorties d'un salon meublé chez Ikea. De quoi regretter que Monoprix ne pousse pas plus avant la démarche, pour conférer une vraie ambiance cosy au magasin.

    • Beauté. L'univers beauté bénéficie d'une identité à part, avec mobilier bas et lumière naturelle. C'est là que le baby food prend place.

    • Caisses. Une caisse sur deux est en libre-service dans ce magasin (4 sur 8).

Monoprix : opération séduction à Bordeaux

Monoprix a inauguré, en présence d'Alain Juppé, son quatrième magasin bordelais. Une copie séduisante, bourrée d'initiatives qui font l'originalité de l'enseigne. La visite de Linéaires.

Le magasin, qui s'étend sur un peu plus de 800 mètres carrés, est situé rue Lucien Faure, près des bassins à flot. Une zone d'anciens hangars réhabilitée en quartier branché, autrement dit un petit paradis pour Monoprix.

Ouvert le 6 avril, le magasin a été officiellement inauguré par Alain Juppé le 13 juin. Le maire de Bordeaux a sans surprise salué "le bon choix" du distributeur qui s'implante au coeur d'un nouvel ensemble de 5.400 logements. Mais il a aussi apprécié la capacité de l'enseigne à "innover dans la qualité de service à la population".

Partout dans le petit supermarché, par exemple, Monoprix fait la promotion de son service de livraison. Y compris dans l'heure, à pied, dans un rayon de 500 à 700 mètres autour du magasin (avec un nouveau "chariot" isotherme conçu pour se glisser dans les ascenseurs).

Le point de vente bordelais fait aussi partie des premiers Monoprix à tester un concept de salad bar en libre-service. Une gamme de sandwiches et salades est préparée sur place. De vraies tables permettent de prendre un repas dans le magasin. Les bières et les vins qui s'y prêtent sont présentés directement au frais. Les produits locaux, valorisés dans un rayon thématique, sont légion.

Il faut dire aussi que Monoprix est, plus que jamais, obligé de se renouveler. Son concept de supermarché haut de gamme, à la rentabilité hors norme, fait des envieux. Carrefour adopte pour ses Market urbains les mieux placés une nouvelle version "gourmet". Le groupe Casino, fier de sa pépite, pousse aussi ses supers classiques à la premiumisation, en même temps qu'il tire Franprix, côté proximité, vers le haut de gamme. Bref, ils font du Monoprix.

"Personne ne dispose des mêmes surfaces que nous en centre-ville, se rassure Régis Schultz, le président de Monoprix, interrogé par Linéaires. Et nous cultivons sans cesse notre différence en travaillant une offre extrêmement pointue et trendy. Avec nos collections textile et maison, avec des produits introuvables ailleurs en alimentaire. Il faudrait presque créer, en interne, un indicateur pour surveiller le (faible) taux de marques banalisées dans nos rayons !"

Linéaires - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DE LA DISTRIBUTION ALIMENTAIRE

● L'expertise du seul magazine spécialiste de l'alimentaire en GMS
● De nombreux reportages en magasins, enquêtes et comparatifs indépendants
● Plus de 100 dossiers marchés et focus produits traités chaque année

Profitez d'une offre découverte 3 mois