Auchan passe la surmultipliée en bio en 2021

6 avril 2021 - Amaury Beautru

Dès le mois de mai, Auchan va montrer les crocs sur le bio. Entretien avec José Da Silva Neves, chef de groupe bio, diététique, self discount et vrac chez Auchan Retail.

Linéaires : vous avez récemment réorganisé l’équipe qui pilote les projets bio au national. Quels changements voulez-vous impulser ? 
José Da Silva Neves : Depuis septembre dernier, notre organisation sur le bio a changé pour nourrir une ambition forte. À la manière des distributeurs indépendants, Auchan a fait le choix d’associer le siège avec le terrain. Je travaille désormais main dans la main avec un directeur de magasin référent, celui du Auchan d’Annecy, et un directeur régional. Ce n'est donc pas un binôme, mais un trinôme qui est responsable des comptes d’exploitation.

La croissance du bio ralentit, le marché atteint une certaine maturité. Dans quelles proportions l’assortiment bio chez Auchan va-t-il évoluer dans les mois qui viennent ? 
Dès mai 2021, nous mettons un sérieux coup d’accélérateur sur l’assortiment. Il va bondir de 20%. Notre but est de revenir dans le match voire de devenir la référence de l’offre bio. Nous cultiverons davantage encore nos pépites, ces produits bio dont nous avons l’exclusivité et qui constituent une raison de venir pour certains clients. Je pense notamment à notre foie gras végétal ou à des jus de fruits lactofermentés.

L’élargissement de l’offre se fera-t-il à marque nationale ou propre ?
Les deux. En 2021 nous avons prévu l’ajout de près d’une centaine de produits MDD bio. D’ailleurs, sur les 220 filières Auchan existantes, une cinquantaine sont aujourd’hui bio.

Le merchandising du rayon bio va-t-il évoluer pour accompagner cette montée en puissance ?
On l’oublie souvent, mais Auchan a été précurseur en étant la première enseigne à développer un corner bio où se regroupait l’offre, dès 2006. Depuis, le concept a peu évolué. Voilà pourquoi en mai 2021 nous testerons un nouvel espace rupturiste, dans un esprit boutique. Une poignée de magasins seront pilotes avant de passer à un déploiement national.

Dans quelle mesure le vrac est-il un incontournable du rayon bio ?
C’est simple : d’ici mai, 100% des hypermarchés seront équipés de vrac bio. Pour les supermarchés, l’objectif est fixé à 80% avant le quatrième trimestre 2021.

Selon Nielsen, les supermarchés Auchan réalisent 5,7% de leur CA en bio, ce qui en fait la deuxième enseigne généraliste de France sur ce critère. Les hypers Auchan, avec 3,9%, sont au contraire relégués à la dixième place. Comment expliquez-vous cet écart ?
Il y a deux raisons qui le justifient. La première, pour expliquer l’avance des supers, c’est leur implantation. Ils sont pour une majorité situés dans des zones géographiques très affinitaires avec le bio. La seconde, pour « innocenter » nos hypers, c’est la taille. Nous sommes historiquement une des enseignes avec le plus large choix. Mécaniquement la part d’offre du bio y est inférieure et cela se ressent sur le chiffre d’affaires.

Cœur de Nature, votre enseigne spécialiste bio, stagne depuis plus de quatre ans à deux unités. Auchan bio a plié boutique il y a deux ans. Avez-vous définitivement renoncé à toute ambition sur le circuit spécialiste ?
Absolument pas. Nos priorités sont pour le moment ailleurs. Pour réussir notre plan Auchan 2022, la priorité est donnée aux hypermarchés et aux supermarchés ainsi qu’à la proximité digitale, en particulier avec le drive piéton. Les résultats se redressant, nous allons ensuite pouvoir nous orienter vers le circuit spécialiste bio qui a su tirer son épingle du jeu en 2020.

Auchan s’était positionné sur le rachat de Bio c’Bon fin 2020. Le développement sur le circuit spécialisé se fera-t-il par rachats ou avec des créations de points de vente ?
À ce stade tout est envisageable. Nous n’avions pas été retenus pour l’acquisition de Bio c’Bon parce que notre proposition de rachat ne portait pas sur l’ensemble des magasins. Sur nos concepts Cœur de nature, le modèle de supermarché installé à Brétigny a désormais fait ses preuves. La solution de proximité plus récente, installée à Paris proche de la gare du Nord, ne présente pas encore de résultats satisfaisants.

Linéaires - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DE LA DISTRIBUTION ALIMENTAIRE

  • L'expertise du seul magazine spécialiste de l'alimentaire en GMS
  • De nombreux reportages en magasins, enquêtes et comparatifs indépendants
  • Plus de 100 dossiers marchés et focus produits traités chaque année

Profitez d'une offre découverte 3 mois